Actualités

Découvrez ci-dessous nos dernières actualités.

Articles parus

Chambre des commerces et d'industrie

CCI Mag N°2 Décembre - Janvier - Février 2014 - 2015

Page 13

 

... Du producteur au restaurateur

La renaissance du cidre ardennais passe par sa présence sur les bonnes tables du département. Claude PAVY et son fils Xavier en sont convaincus. Ils se sont lancés dnas l'aventure en 2004 avec la Cidrerie de Warnécourt. Leur affaire, c'est aujourd'hui 5000 arbres fruitiers sur 8 hectares pour un potentiel de productin de 1000 hectolitres, l'équivalent de 100 000 bouteilles. Les Pavy ont redonné vie à d'anciennes variétés locales tombées dans l'oubli qui donnent au cidre son caractère affirmé.

    " Ce n'est pas un soda, mais un vin de pommes", souligne Claude PAVY, qui aimerait "redonner le goût du cidre aux Ardennais". Cette louable ambition nécessite d'emprunter plusieurs canaux de distribution : la vente directe, les foires, les marchés paysans, les grandes surfaces, mais aussi les restaurants locaux. Quatre d'entre eux proposent à ce jour les produits de la Cidrerie de Warnécourt. Dont La Table De Sandorine à Rethel.

"Nous confectionnons une cuisine simple et traditionnelle à partir de produits frais", explique le gérant, Patrick Monod. Le boudin blanc, le jambon, le saucission de sanglier, le fromage, la bière sont fabriqués dans les Ardennes (françaises ou belges). Le cidre figure aussi en bonne place. Il sert en particulier de base au "kir ardennais". Le restaurateur s'attache à "faire découvrir à (ses) clients des produits qu'ils ne connaissent pas". La liste de ses fournisseurs locaux figure sur la carte. Un petit plus auquel les consommateurs sont sensibles et qui génère quelques retombées pour les intéressés.

    La Cidrerie de Warnécourt écoule environ 15% de sa production dans les établissements ardennais. Elle y touche une clientèle "qui ne va pas sur les marchés, mais qui aime bien manger ou n'a pas envie de cuisiner." Son gérant apprécirait toutefois que les restaurateurs proposent davantage de recettes à l'ancienne.

 

Frédéric Marais